Le Fil de Michiko

 

L’histoire

Hiroo, huit ans, arrive sur une toute petite île d’un archipel du sud du Japon. Il habite à Tokyo. C’est la première fois qu’il va passer l’été chez sa grand-mère Michiko. Tisserande, elle travaille le fil de bananier et trame des étoffes de grande qualité. Michiko tient son savoir-faire de sa mère et de sa grand-mère.
Au début peu familiers l’un avec l’autre, Hiroo et Michiko apprendront à se connaître et à s’apprivoiser avec tendresse.


Note d’intention (extraits)
par Bénédicte Guichardon

Récemment, j’ai découvert dans un documentaire l’histoire d’une tisserande japonaise. Elle m’a donné le point de départ de mon nouveau spectacle : Le Fil de Michiko.
Dans le tissage, le décalage entre la rudesse de la matière première et la délicatesse de l’ouvrage me touche profondément. Dans sa tension vers une forme de perfection, je conçois cet artisanat comme un art et comme un acte de générosité.
Le savoir-faire incomparable de Michiko s’est transmis de génération en génération. Il me renvoie à de nombreuses questions. Que reçoit-on de ses parents et de ses grands-parents ? Qu’est-ce qui fait qu’on adhère à cette culture familiale ou qu’on la rejette ? Que laisse-t-on à ses enfants ?
Avec ce nouveau spectacle, j’ai aussi envie de questionner notre rapport au temps. Dans un monde frénétique qui ne cesse de s’accélérer, il me semble précieux de renouer avec une certaine forme de lenteur, voire de contemplation.
Je me suis aussi emparée de cette histoire parce qu’elle se passe au Japon. Ses traditions sont empreintes d’une délicatesse et d’un raffinement que j’ai envie de faire vivre au plateau. J’ai aussi envie d’y évoquer le monde ultra moderne de Hiroo qui grandit à Tokyo.


Le Fil de Michiko

Mise en scène (extraits)
un voyage au japon

J’ai décidé de me rendre au Japon l’été prochain avec le désir de m’immerger et de me laisser surprendre.
À chaque étape, je collecterai des sons, des image et toutes sortes de choses insoupçonnées. J’ai souvent des coups de cœurs pour des objets et j’aime laisser parler cet instinct. C’est souvent par cette porte que j’entre dans la mise en scène.
À ces accessoires japonais je mêlerai des objets chinés en France. Ce qui m’intéresse c’est la confrontation entre la culture française et japonaise.
 

Scénographie

Scénographe et plasticienne, Odile Stemmelin travaille sur le motif du fil. Je suis son travail depuis plusieurs années. Elle et moi nourrissons notre regard d’œuvres contemporaines qui travaillent le fil.
Nous rassemblons des ambiances qui nous inspirent.
L’ouvrage tissé de Michiko est fin et délicat. La scénographie sera pensée à l’aune de son travail. Le fil en sera la matière principale. Noué, tressé, tissé, il permettra de créer des objets, des formes, une architecture.
Elle évoquera de manière stylisée l’intérieur de la maison-atelier de Michiko et l’extérieur, la forêt.
 

Écriture au plateau

Les deux comédiens partiront du synopsis et s’approprieront les situations par des improvisations. L’écriture se fera sous ma direction, en partant du plateau et en collaboration avec David Braun, co-auteur, qui assistera aux répétitions. L’histoire se réinventera et s’étoffera.
Ils seront également manipulateurs d’objets. La route de l’île sera par exemple figurée par un large tissu déroulé. La roue d’un vélo deviendra un rouet. Le grand-père sera évoqué par un tissu ou une photo animée.
Le Fil de Michiko comportera peu de dialogues. J’ai besoin de montrer plutôt que dire. Nous travaillerons sur la retenue et la pudeur des sentiments.

 

Son

Sur l’île du Fil de Michiko, nous créerons un silence du bout du monde, loin des bruits de la ville. Par contraste, les sons de Tokyo surgiront dans l’imaginaire et les souvenirs de Hiroo. Une musique originale sera composée et enregistrée par Pierre Desprats. Les fils de la forêt seront des cordes vibrantes actionnées par les comédiens et le sol sera équipé de capteurs sonores pour amplifier les pas des personnages.

 

Ecriture et mise en scène : Bénédicte Guichardon
Ecriture et collaboration artistique : David Braun
Interprétation et manipulation : Marie-Pascale Grenier – Michiko, en cours de distribution : Hiroo
Scénographie : Odile Stemmelin
Accessoires : en cours de distribution
Création sonore : Pierre Desprats
Création lumière : Jimmy Boury
Création costumes : Haruka Nagai
Régie : Jimmy Boury et Antoine Cadou
 
Production : Compagnie Le bel après-minuit
Coproduction : Théâtre André Malraux – Chevilly-Larue, Grange Dimière – Théâtre de Fresnes – Théâtre Jacques Carat – Cachan
Soutien :  en cours

 

Consultez le dossier du spectacle Le Fil de Michiko